webdocumentaire AGORA 1963-1983

Pour une meilleure expérience, veuillez tourner votre écran.

L'agence Agora

Membres fondateurs :
Jean-Claude Moreau (1931),
architecte, resté à Agora jusqu’en 1977,
Patrick Maxwell, architecte, (1935-1975)
et Francis Duclos, architecte (1931),
resté à Agora jusqu’en 1979.
Création d’une première agence, Moreau-Maxwell-Duclos en 1963,
puis du GIE Agora,
fondé par l’ordonnance 67-821 du 23 septembre 1967.

Premiers associés du GIE Agora (1967) :
Colette Debaig (1946), dessinatrice, restée jusqu’en 1973,
Jacques Debaig (1933-1995), maître d’oeuvre, resté jusqu’en 1974
Pierre Debaig (1936-2001), maître d’oeuvre, resté jusqu’en 1974,
Jacques Heim (1944), architecte,
Bernard Pagès (1938), architecte, resté jusqu’en 1972,
revenu autour de 1979. Jean-Pierre Parrot (1947-), dessinateur, resté jusqu’en 1973,
Alain Poirson (1944-), élève architecte, resté jusqu’en 1972.

Autres associés :
Pierre Bereau économiste, entré en 1971, parti en 1975,
André Morier architecte, entré en 1972, parti en 1974,
Pierre Cauly (1942) architecte, certainement entré en 1973,
Jean-Pierre Faugeron architecte, certainement entré en 1973,
Jean-Paul Aigrot (1935) architecte, entré en 1979,
Gilbert Baillet entré en 1979

Feuilletez
la plaquette
Lire la présentation de l'agence Agora par Fanny Léglise

Agora. Un portrait multifacette Fanny Léglise, texte rédigé pour l'exposition Regards sur le collectif Agora, 1963-1983 au 308-Maison de l'Architecture en Nouvelle-Aquitaine (octobre 2020-janvier 2021).

Issue de la solide amitié qui unissait Jean-Claude Moreau, Patrick Maxwell et Francis Duclos, Agora était une « famille », construite au fil du temps à partir des planches de l’ école des Beaux-Arts de Bordeaux. En 1963, une première agence réunit les trois fondateurs autour de l’un de leurs premiers projets, l’église de Lacanau-Océan. Leurs femmes, leurs jeunes enfants, leurs amis et collaborateurs se partagent alors les étages d’un immeuble, mêlant vies de famille et aventures professionnelles, nuits de travail et week end de visites de chantiers.

Moreau est longtemps resté le seul architecte diplômé du groupe. En 1968, Maxwell, Duclos et Pagès obtiennent leur diplôme avec un projet commun, né de leur passion pour l’eau, les bateaux et le paysage du bassin d’Arcachon, comme d’une approche soucieuse de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Le trio crée alors un Groupement d’Intérêt Économique, seule structure à même d’intégrer plusieurs professions liées à l’architecture. Tous trois ont une forte vocation sociale, leur Agora, c’est « le forum romain où les idées s’échangent et se rencontrent » confie Jacques Heim, et « c’est aussi une structure d’accompagnement pour des architectes qui n’auraient su trouver leur place autrement ». Ce n’est qu’ensuite que l’acronyme a été développé en Ateliers Groupés pour l’Ordonnancement de la Recherche Artistique. En 1967, sept associés complètent la première version de ce collectif à géométrie variable : les frères Debaig, maîtres d’oeuvre et leur soeur Colette, dessinatrice, Jacques Heim, alors étudiant en architecture tout comme Alain Poirson, l’architecte Bernard Pagès et le dessinateur Jean-Pierre Parrot.

Agora partage ses locaux et ses secrétaires : Annie Moreau puis Béatrice Maxwell qui en sera bientôt l’administratrice, son capital et ses projets, faisant et refaisant de sous agencements au gré des commandes. Les maisons individuelles se signent souvent seul, les grands concours peuvent réunir jusqu’à cinq architectes. Une comptabilité précise sépare, projet par projet, temps passé et finances engagées pour donner lieu à des ajustements annuels et à la régularisation des charges de chacun. Chaque nouveau venu peut devenir membre deux années, avant d’être associé (après avoir soumis sa candidature à un vote) ou de partir ailleurs voler de ses propres ailes.

En 1975, un dernier projet réunit les associés principaux, le concours pour l’ambassade de France à Washington. En septembre, Maxwell disparaît dans un accident de voiture, laissant Agora orphelin de son chef de file utopiste et visionnaire. Moreau quitte rapidement l’agence pour travailler dans les Landes de Gascogne et faire de l’urbanisme, Duclos, également Architecte des Bâtiments de France, poursuit sa carrière, notamment en participant avec Claude Aubert à l’élaboration du Secteur Sauvegardé de Bordeaux. Les autres s’éparpillent petit à petit, jusqu’à ce que Jacques Heim et Béatrice Maxwell procèdent à la liquidation du groupement, effective au 31 décembre 1982. En près de vingt ans, l’agence aura réalisé près de 100 projets, la plupart dans les environs de Bordeaux, mais aussi à Lyon, Clermont-Ferrand, Cholet ou Paris. Ceux restés dans les cartons et les archives sont indénombrables. Concours d’urbanisme à Venise, d’un hôtel de ville à Amsterdam ou projet d’école de voile à Bordeaux, coquillage aérien entre ciel et mer. Restent les souvenirs émus des uns et des autres de ce formidable groupement et de son énergie qui a profondément marqué leurs vies et des centaines de dessins, maquettes, photographies, quelques textes et échanges épistolaires, pour tenter de comprendre, chacun à sa façon, ce qu’était Agora.

Fanny Léglise